Top chrono! Ces doctorants auront 180 secondes pour expliquer leur thèse

LAURENCE DARDENNE ET SOPHIE DEVILLERS Publié le mercredi 22 mars 2017 dans LaLibre.be 

Top chrono, comme tous ses congénères qui participeront cette semaine, à partir de ce mercredi, à la finale universitaire du concours Ma thèse en 180 secondes, Marie Alsamour,doctorante à l’UCL, aura trois minutes, et pas une seconde de plus, pour résumer et vulgariser l’objet de son travail.

Neuropsychologue, la jeune femme de 26 ans, qui effectue sa thèse en sciences psychologiques et de l’éducation, a choisi pour sujet : « L’étude du lien entre les capacités de perception et d’action chez les enfants infirmes moteur cérébraux (IMC) par l’utilisation de la robotique ». Vulgarisé dans l’esprit du concours « Ma thèse en 180 secondes », qui vise à renforcer les liens entre la recherche scientifique et le grand public, cela donne : « De l’action à la perception : quand la technologie se met au service de la paralysie cérébrale ».

Interview de Marie Alsamour, qui explique son travail… en 47 secondes.

Combler un manque d’outils appropriés

« Je travaille avec des enfants qui sont infirmes moteur cérébraux, qui ont eu une lésion au cerveau au cours de la vie utérine ou au moment de leur naissance, nous explique Marie Alsamour. Comme leur problème prédominant est moteur, jusqu’à présent, ces enfants ont été beaucoup vus par des kinésithérapeutes, Nous nous sommes rendu compte que les capacités motrices sont intimement liées aux capacités de perception de l’espace et de distance. D’où l’intérêt d’étudier ces capacités de perception de l’espace chez les enfants IMC. Chose qui a peu été faite auparavant par les neuropsychologues. Et cela, peut-être notamment en raison du fait qu’ils manquaient d’outils appropriés pour pouvoir mesurer cette capacité de perception de l’espace. »

Utile au patient, au quotidien

Le but de la thèse consiste donc précisément à proposer grâce aux nouvelles technologies – en particulier la robotique – des outils qui permettront de mieux diagnostiquer les problèmes de perception de l’espace chez ces enfants IMC. Mais aussi à essayer de mieux comprendre l’interaction qui existe entre ces capacités d’action et de perception. Pour, alors, pouvoir développer des outils de rééducation qui soient innovants et complémentaires par rapport à ce qui est déjà proposé dans les cliniques par les kinésithérapeutes et les neuropsychologues.

Si Marie Alsamour a choisi les études de neuropsychologie, c’est « pour l’aspect social et la relation au patient« .

Quant au sujet de thèse, « pour moi, il était vraiment important que ce soit utile au patient, au quotidien, nous confie encore la doctorante. Pour ce qui est des nouvelles technologies, elles permettent d’avoir des outils précis au niveau du diagnostic et de réaliser par la suite des choses que l’on ne pourrait faire sans ces technologies. »

En collaboration avec des ingénieurs

Encore au stade de la recherche expérimentale, l’équipe de l’UCL essaie à présent de valider les outils dans l’espoir que, dans les dix années à venir, sinon avant, ils pourront faire partie de la routine clinique.

« Le robot dont on dispose à l’heure actuelle peut par exemple effectuer une assistance robotique, explique encore la finaliste du concours . Cela signifie que dès que l’enfant ne peut plus faire un mouvement, le robot – sous forme d’un manche muni de capteurs – va prendre le relais. L’innovation que l’on apporte consiste à travailler en collaboration avec des ingénieurs pour pouvoir proposer des outils robotisés, de la robotique de rééducation, par exemple.« 4

Elle est en tous cas ravie de présenter ses travaux aux concours « Ma thèse en 180 secondes » : « La vulgarisation de ma thèse est super importante. Sans cela, nous les chercheurs, nous restons un peu des rats de laboratoire. Notre travail, c’est aussi de faire connaître nos recherches et les rendre accessibles au grand public. »

Publicités

A propos Les Amis de Mattéo

Cette association s'assigne les buts suivants : L'aide morale, psychologique, matérielle et financière à tous ceux qui environnent de près ou de loin autour de la Paralysie Cérébrale ; Autant en faveur des personnes touchées directement qu'en faveur de leurs familiaux et accompagnants Ainsi qu'en faveur des structures associatives oeuvrant dans un domaine proche selon leurs statuts, Porter à la connaissance de tous, en relayant les informations sur l'évolution de la recherche, la diffusion des bonnes pratiques.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s